Retraites : 10 éditorialistes reçus en secret par Macron à l’Élysée

Retraites. Mardi dernier, Emmanuel Macron invitait en secret 10 des éditorialistes les plus influents de Paris pour leur donner la ligne. 10 éditorialistes reçus en secret à l’Élysée pour recevoir les éléments de langage sur les retraites ? Mais une fois n’est pas coutume, le scandale ne fait pas les gros titres. Face au « vent fort » qui inquiète Élisabeth Borne, alors que 2 millions de personnes sont descendues dans les rues du pays jeudi, Emmanuel Macron tente tout ce qui lui reste pour retourner l’opinion de 80% des Français, pour que sa barque ne se fracasse pas contre la colère du peuple. Sixième épisode de notre série sur les éditorialistes de plateaux. Notre article.

Nathalie Saint Cricq, Françoise Fressoz, Dominique Seux… À l’Elysée pour recevoir la ligne sur les retraites !

Le pouvoir est aux abois. Ce mardi, la journaliste Eve Roger révèle dans l’émission C Médiatique que le président a organisé un déjeuner à l’Elysée avec… 10 éditorialistes. Leurs noms : Françoise Fressoz du Monde, Nathalie Saint Cricq de France TV, Benjamin Duhamel de BFMTV ou Dominique Seux de France Inter et des Echos. Les chiens de garde étaient tous là. Pour recevoir la ligne.

L’indépendance des médias, l’objectivité journalistique ? N’y pensez même plus ! Dès le lendemain, ils étaient en ordre de bataille pour vous demander de travailler deux ans de plus et condamner le “blocage du pays”.

Dès le lendemain, les toutous répètent la parole du maître dans leurs matinales respectives

Sur France Inter ? “Macron ne croit pas à la victoire de l’irresponsabilité”. Dans la matinale du Monde ? “Macron ne croit pas au blocage du pays ni à la victoire de l’irresponsabilité.” Sur BFMTV ? “Côté exécutif Macron ne croit pas à la victoire de l’irresponsabilité ni à un pays à feu et à sang, comprenez totalement paralysé”. Françoise Fressoz signait même une tribune en personne pour défendre la réforme : “Dans l’esprit du président de la République, faire travailler davantage les Français est en cohérence avec sa volonté de rendre la France et l’Union européenne plus souveraines.”

Emmanuel Macron n’a même pas besoin de les acheter, ces éditorialistes défendent par eux même le système qui les nourrit. Les journalistes serviles n’ont rien d’autre à faire que de courir aux pieds d’un pouvoir en péril. Il faut dire qu’ils ont des raisons d’avoir peur. 80% des Français sont opposés à la réforme. 2 millions de personnes sont sorties dans les rues jeudi dernier, du jamais vu depuis 1995, notamment dans beaucoup de villes moyennes du pays. 150 000 personnes se sont réunis deux jours plus tard à l’appel des organisations de jeunesse à Paris. Les Français sont déterminés. Tous les secteurs de la société se mettent en mouvement. Rendez-vous le 31 janvier pour les faire plier.

Pour aller plus loin : les autres épisodes de notre série sur les éditorialistes de plateaux