Présidentielle : la philosophe Barbara Stiegler appelle à voter Mélenchon

Barbara Stiegler, la philosophe au combat depuis des années contre la pensée néolibérale, s’engage pour la première fois dans une campagne présidentielle. Et face à la catastrophe démocratique, sanitaire, éducative du mandat Macron, elle choisit de rejoindre le Parlement de l’Union Populaire avec Jean-Luc Mélenchon. Une intellectuelle de haut vol qui n’a cessé ces dernières années de nous donner des clés pour résister à l’offensive néolibérale. Portrait.

Barbara Stiegler : une intellectuelle de luttes

Barbara Stiegler l’avoue : elle ne “s’est jamais engagée dans une campagne présidentielle auparavant”. Pourtant, elle est de tous les mouvements de résistance de ces dernières années : avec les Gilets Jaunes, avec la grève et le mouvement de lutte contre la réforme des retraites d’Emmanuel Macron, avec l’hôpital public en lutte. Elle compte bien s’assurer que la présidentielle soit l’occasion de tout faire pour contrer la catastrophe de l’hôpital public, de la recherche publique et de l’éducation. Et ce alors même que les autres candidats veulent “soit l’achever, chez Macron et à droite, soit les laisser couler en faisant semblant d’y tenir chez Hidalgo et Jadot” constate-t-elle.

Cette fois, après avoir longtemps réfléchi, elle a donc décidé : c’est au côté de Jean-Luc Mélenchon qu’elle se battra, et elle compte bien apporter sa force et sa pensée dans la campagne de l’Union Populaire !

Barbara Stiegler : 3 livres en 3 ans

En effet, l’agrégée de philosophie, professeure en lycée puis à la faculté de philosophie de Bordeaux-Montaigne se bat déjà depuis des années sur le terrain de la pensée. Livre après livre, elle tente de comprendre et de théoriser tant les mécanismes étouffants du néolibéralisme que la façon de déjouer ses offensives contre les droits sociaux et la démocratie.

Après quelques livres sur Nietzsche, elle sort trois livres en trois ans : “Il faut s’adapter” : sur un nouvel impératif politique en 2019, puis Du cap aux grèves : récit d’une mobilisation (17 novembre 2018-17 mars 2020) en 2020 et enfin De la démocratie en Pandémie qui fait beaucoup de bruit en 2021. Barbara Stiegler ne se décourage pas : son entreprise de pensée est patiente et acharnée.

Le néolibéralisme : un pouvoir politique jusqu’au plus profond de nos corps

Après avoir longtemps travaillé à une certaine distance des enjeux politiques contemporains, notamment sur les rapports entre Nietzsche et le vivant, elle a été progressivement amenée à s’intéresser à ce que le pouvoir politique cherche à imposer au vivant. C’est ce que Michel Foucault, grand philosophe des années 1970, nommait la “biopolitique”. Sous ce terme obscur se cache une réalité presque physique que n’importe qui peut ressentir : le pouvoir politique cherche à imposer un ordre social jusque dans les profondeurs de la vie intime et du corps.

Pour elle, cela porte un nom aujourd’hui : le néolibéralisme. Et elle l’affirme : le néolibéralisme n’est pas seulement comme une organisation économique, celle d’un marché dérégulé, mais un véritable modèle de société et d’existence qui nous est imposé par des discours et des actes politiques !

De la démocratie en pandémie : comment le gouvernement se sert de la pandémie pour piétiner la démocratie

A partir de là, elle commence par étudier et établir la façon dont le néolibéralisme a progressivement préféré à la démocratie, qu’il revendiquait lui-même, l’imposition de réformes à marche forcée par un gouvernement “d’experts” décidant à la place du peuple ce qui est bon pour lui. Mais avec l’arrivée de la pandémie de Covid-19, elle se penche très vite sur les liens plus généraux entre santé, biologie et politique.

Avec un constat simple : la pandémie sert d’excuse aux gouvernants pour renforcer un contrôle social et liquider ce qu’il reste de l’hôpital et de l’université. En pandémie, pour le gouvernement, point de démocratie, alors même que celle-ci serait la seule à même d’endiguer la catastrophe. C’est d’ailleurs ce que nous ne cessons de répéter : contre le passe sanitaire, contre la vaccination obligatoire, pour une démocratie sanitaire !

La présence des intellectuels est vitale dans le combat politique. Ainsi, nous sommes ravis de pouvoir compter sur Barbara Stiegler dans la bataille présidentielle ! Contre les logiques de rentabilité, contre l’égoïsme, contre la concurrence et l’autoritarisme, pour un hôpital public et une recherche et une formation au service du bien commun !

Par François Jarlier.