SANS-FACS : ces étudiants qui manifestent pour pouvoir… étudier

Depuis la rentrée, des centaines d’étudiants se mobilisent pour pouvoir être inscrits à la fac et poursuivre leurs études grâce au collectif SANS-FACS. 

Chaque année, le nombre d’étudiants à l’université augmente, tandis que le nombre de places disponibles, lui, diminue. Une situation aggravée par la mise en place de Parcoursup, et la sélection aggravée. Chaque rentrée, de nombreux jeunes se retrouvent sans université et ne peuvent pas continuer leurs études par manque de place, sans que le gouvernement n’agisse.

L’insoumission le révélait, c’est 30 000 étudiants qui ont été laissés sur le carreau cette année.  

À la faculté de Nanterre, le collectif SANS-FACS a déjà permis à une cinquantaine d’étudiants d’obtenir gain de cause et d’intégrer une formation à force de mobilisation et d’occupation. 

Aujourd’hui il reste 61 étudiants sans formation à la fac de Nanterre, et la présidence refuse désormais toute négociation pour les y inscrire, après 7 semaines de cours et 10 rendez-vous d’échange. 61 étudiants qui ne changeront pas grand-chose à la surpopulation déjà présente dans toutes les classes. 

e collectif appelle donc à l’occupation des bureaux de la présidence pour combattre la sélection, qui touche toujours en premier lieu les jeunes des classes populaires. Étudier est un droit, pas un privilège.

Partager

Vous avez aimé cet article ?

Recevez chaque semaine une sélection de nos meilleurs articles en vous abonnant.

Les + vus

Soutenez les médias insoumis !

Abonnez-vous à l’ensemble des médias insoumis et recevez à votre domicile l’hebdo et le magazine de l’insoumission.