Tsunami social : diminuons le temps de travail et planifions

800 000 jeunes arrivent sur le marché de l’emploi en cette rentrée, les TPE-PME sont en grande souffrance, à Brigestone, Auchan, Cargill, Verallia… les licenciements pleuvent par milliers. Pourtant, des milliards d’euros d’aides publiques à travers le CICE et maintenant avec le plan de relance ont ruisselé. Sans aucune contrepartie. On voit le résultat : un emploi créé par le CICE a coûté… 900 000 euros.

Nous pourrions exiger par la loi que les entreprises qui se sont gavées de milliards d’euros d’aides publiques par le CICE et qui licencient… rendent l’argent. Par exemple dans les cas de Brigestone ou d’Auchan. Le plan de relance continue à faire ruisseler des milliards d’euros sur les entreprises sans aucune contrepartie, ni en termes de création ou de maintien de l’emploi, ni en matière de normes environnementales. Verser des aides en attendant magiquement que l’activité reprenne ?

La France insoumise propose face au tsunami social auquel nous faisons face, de réduire le temps de travail et de planifier. La diminution du temps de travail pour travailler moins, pour travailler mieux et pour travailler tous. Avec l’application des 35 heures réelles, vers les 32, la semaine de 4 jours, la 6e semaine de congés payés ou encore la retraite à 60 ans. La planification de la bifurcation écologique que porte la France insoumise permettrait de créer 1,5 million d’emplois dans les énergies renouvelables, l’agriculture paysanne, le plan mer, la rénovation thermique des bâtiments et les transports.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Vous avez aimé cet article ?

Recevez tous les mercredi une sélection de nos meilleurs articles.