La justice doit rester humaine, tout humaine, rien qu’humaine

Le 15 janvier 2019, le député Ugo Bernalicis intervenait en séance dans le cadre de la motion de rejet préalable sur le projet de loi sur la réforme de la Justice. Il dénonce un texte qui déshumanise et privatise la Justice française, un texte qui poursuit une dérive sécuritaire tant sur la procédure pénale que sur l’application des peines. Le justiciable sera le grand perdant de cette réforme, qui renforcera une justice de classe.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Vous avez aimé cet article ?

Recevez tous les mercredi une sélection de nos meilleurs articles.