« C’est le tour du peuple, M. Macron ! » : Adrien Quatennens et Ugo Bernalicis réunissent plus de 1000 personnes à Lille

Adrien Quatennens et Ugo Bernalicis, députés insoumis des 1ère et 2ème circonscriptions du Nord, ont réuni plus de 1 000 personnes au théâtre Sébastopol de Lille mardi soir : un « SébastoPopulaire » très réussi. Une soirée où se sont mêlés notamment les musiques des Insousols, de François Schmitt, de Lénine Renaud et de Hubert-Félix Thiéfaine, et le combat politique, bien sûr. Près de trois heures, pendant lesquelles se sont succédées chansons et prises de paroles de combat. Destruction de l’Hôpital public, souffrance des travailleurs sociaux, stratégie de maintien de l’ordre brutale, accumulation du capital et urgence climatique : de nombreux combat ont été évoqués.

Une soirée avant tout politique, pendant laquelle le cap a été fixé : battre Emmanuel Macron aux élections législatives des 12 et 19 juin. Selon Adrien Quatennens, « les ingrédients sont sur la table pour une majorité de la NUPES », l’alliance historique de LFI, le PCF, le PS, EELV et Génération.s. Pour, enfin, appliquer un programme de rupture avec le capitalisme. Notre article.

« Quand une infirmière rencontre Macron et lui parle des problèmes de l’Hôpital, il lui répond : ‘vous n’êtes pas dans la vraie vie’ ! »

Le théâtre Sébastopol de Lille est plein à craquer. Rapidement, Marie Boucknooghe prend la parole : c’est la suppléante du député Ugo Bernalicis. Aide-soignante et syndicaliste, ça fait 12 ans qu’elle travaille à l’Hôpital public. Chaque jour, elle est témoin de la destruction de l’Hôpital à petit feu. Pendant la pandémie, elle a vu les fermetures de lits. Elle rappelle qu’en 2020, en pleine crise sanitaire, Emmanuel Macron a supprimé 5700 lits. Pendant son premier mandat, il a fermé 17 000 lits de réanimations. La folie de l’austérité macroniste.

« Est-ce que vous trouvez ça normal que, dans la 6ème puissance mondiale, nous devions choisir qui soigner […], voire qui nous devons laisser mourir ? […] Est-ce que vous trouvez ça normal que, dans la 6ème puissance mondiale, on vous demande 20 euros pour aller vous faire soigner aux urgences ? Est-ce que vous trouvez ça normal que, dans la 6ème puissance mondiale, on fasse de l’argent sur le dos de la santé ? » s’insurge-t-elle. « Non ! », répond en chœur le public. « Tous ensemble, avec nos bulletins de vote, un autre Hôpital est possible ! », conclut Marie Boucknooghe.

« Les familles que j’accompagne ne sont pas des numéros que l’on peut classer dans des dossiers »

C’est au tour de la suppléante du député Adrien Quatenenns, Lahouaria Addouche, de prendre le micro. Lahouaria Addouche est travailleuse sociale. Elle lutte contre les « conditions de travail déplorables, pour ne pas dire inhumaines » des travailleurs sociaux : salaire de misère, manque de moyens, heures de travail à rallonge.

« Nous aimons notre travail, et nous n’abandonnerons pas notre public. Pour la majorité d’entre eux, nous sommes le seul lien qui les raccroche à la société qui, elle, les abandonne. » Un témoignage qui fait écho à celui de Katia Yakoubi, travailleuse sociale à Marseille. Comme elle, Lahouaria Addouche observe avec colère la maltraitance institutionnelle dans le social. Elle se bat contre l’austérité qui fracasse de manière immonde l’accompagnement des plus fragiles de notre société. Elle salue Adrien Quatennens « notre député, qui a été présent depuis le début de nos manifestations. Il a toujours été d’un grand soutien ! »

image 4
Le théâtre Sébastopol de Lille est plein à craquer. À la fin de sa prise de parole, Lahouaria Addouche fait se lever le public, poings et V de la victoire en l’air. Photo par Manon Rollando.

Ugo Bernalicis : « Darmanin est un incapable ! »

Après une parenthèse musicale, c’est au tour d’Ugo Bernalicis de prendre la parole, pour tirer à boulets rouges sur le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Le député de la 2ème circonscription du Nord ne mâche pas ses mots. « Darmanin est un incapable », martèle-t-il : «Il ne sait pas organiser le fait que des gens puissent tranquillement assister à un match de foot ! » Le député insoumis fait référence au fiasco de la finale de la Ligue des champions au Stade de France. Un fiasco signé Darmanin et Didier Lallement. Une soirée qui a tourné au chaos en région parisienne. Pourquoi ? « Parce que Didier Lallement est un super-incapable, en plus d’être un brutal et un éborgneur ! », assène Ugo Bernalicis.

image
Ugo Bernalicis. Photo par Stéphane Burlot.

Le député de la 2ème circonscription du Nord revient ensuite sur cette femme de 21 ans, tuée par la police en plein Paris. C’est la « 4ème personne qui meurt par un coup de feu de la police suite à un refus d’obtempérer ! ». Rayana, la jeune femme tuée, était passagère du véhicule. « À quel moment on mérite de mourir dans ces circonstances ? » s’indigne Ugo Bernalicis. « C’est insupportable de voir cet incapable de Darmanin couvrir ces choses-là ! [Alors] que l’on devrait réformer la déontologie policière, supprimer l’IGPN et l’IGGN, et confier cela à une instance indépendante ! » Longs applaudissements dans la salle.

Adrien Quatennens : « Les ingrédients sont sur la table pour une majorité de la NUPES ! »

C’est à Adrien Quatennens, député de la 1ère circonscription du Nord et coordinateur de LFI, de conclure la soirée. Sans trembler, il cible directement le capital et rappelle le bilan d’Emmanuel Macron : « Il y a 10 millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté. 400 000 de plus sous le mandat précédent de M. Macron. Pendant ce temps, les 500 familles les plus riches du pays ont accru leur richesse de 570 à 1 000 milliards d’euros. » Des richesses si mal réparties alors qu’un travailleur français produit 3 fois plus de richesses qu’il y a 50 ans.

Pour l’Insoumission, Adrien Quatennens fait le bilan du Sébastopopulaire de Lille et appelle chacun à voter les 12 et 19 juin pour les candidats de la NUPES.

Le député insoumis dénonce ces ultra-riches qui s’accaparent toujours plus de richesses sur le dos des travailleurs. « La foire aux profits et aux dividendes, qui se fait à la barbe de tout le monde, pendant qu’une masse de Français souffre, avec nous ce sera terminé ! » Un gouvernement de la Nouvelle Union Populaire taxera les profiteurs de crise. Ils ont des noms, des adresses, l’insoumission lance une série pour les démasquer.

image 2
Adrien Quatennens. Photo par Stéphane Burlot

Pendant qu’une minorité se gave, combien sombrent dans la misère ? Adrien Quatennens rapporte quelques témoignages entendus en porte-à-porte. Ils témoignent de la détresse dans laquelle a déjà sombré une partie des Français : « Les gens sont pris à la gorge ! Ils nous demandent : ‘Si je vote pour vous, qu’est-ce qui va changer pour moi tout de suite, pour mon frigo, pour le fait qu’il fasse froid chez moi l’hiver ? ‘ » Le député rappelle ces mesures-clés : le blocage des prix, le SMIC à 1500 euros net, et la retraite à 60 ans. Pour en finir avec ce monde de malheurs.

Un discours vibrant d’un député de combat, comme tous ceux qu’Adrien Quatennens a prononcés à la tribune de l’Assemblée nationale pendant 5 ans. Le cap est donné : battre Emmanuel Macron en donnant une majorité à la Nouvelle Union Populaire. « Ce qui se joue les 12 et 19 juin est d’une portée historique. Bâtissez une majorité avec le bulletin de vote de la NUPES, prenez votre revanche sur le mois d’avril ! Ensemble, changeons la vie ! » Une pluie d’applaudissements tombe sur le théâtre Sébastopol. Rideau. Rendez-vous dans les urnes dans 3 jours pour le 3ème tour de l’élection présidentielle.

Par Nadim Février