Scandale : Élisabeth Borne humilie une femme en fauteuil roulant

À cinq jours du premier tour des élection législatives, Élisabeth Borne était l’invitée de l’émission « Ma France » sur France Bleu ce mardi. La Première ministre d’Emmanuel Macron a été interpellée par Dolorès, une auditrice du Jura, au sujet de l’allocation adulte handicapée (AAH). Victime d’un accident, Dolorès est en fauteil roulant et dépend des revenus de son époux. La réponse d’Élisabeth Borne ? Vous n’avez qu’à reprendre le travail. L’auditrice répond en larme que c’est trop difficile pour elle. Après le scandale du refus de déconjugaliser l’AAH à l’Assemblée le 18 juin dernier, la macronie récidive. Alors qu’il est distancé dans les sondages par l’alliance historique de gauche, la NUPES, Emmanuel Macron se serait sans doutes bien passé de cette sortie polémique de sa Première ministre. Une nouvelle illustration de l’inhumanité en marche, à quelques jours d’une élection décisive. Notre article.

La sortie polémique d’Élisabeth Borne à 5 jours d’une élection décisive

Victime d’un accident, Dolorès est en fauteuil roulant, et doit effectuer des travaux importants dans sa maison. « Mon époux touche 1.800 euros par mois, et malgré un loyer de 1.000 euros, on me dit que j’ai droit à rien ». Cette auditrice du Jura interpelle donc la Première Ministre sur le sujet. Au micro de France Bleu, Élisabeth Borne se montre impassible. La Première ministre répond à l’auditrice qu’elle doit penser à reprendre le travail. Dolorès lui répond en larme que c’est difficile pour elle.

En cause, les plafonds dus à la prise en compte des revenus du conjoint dans l’attribution de l’allocation adulte handicapée. Un sujet qui a émergé pendant la campagne présidentielle, lors de laquelle La France insoumise (LFI) a réclamé la « déconjugalisation » de l’AAH. Pour lever les obstacles à l’autonomie des personnes en situation de handicap, LFI propose d’assurer l’autonomie financière des personnes en situation de handicap, en revalorisant l’AAH au niveau du SMIC et en la rendant indépendante des revenus du conjoint.

Jean-Luc Mélenchon n’a pas manqué de réagir, via Twitter : « Technocrate brutale, E. Borne humilie par erreur ou par goût ? 1 million d’allocataires chômage savent qu’elle leur a fait les poches. Ici, elle humilie une femme en fauteuil ». Alors qu’il est distancé dans les sondages par l’alliance historique de gauche, la NUPES, Emmanuel Macron se serait sans doutes bien passé de cette sortie polémique de sa Première ministre.

Borne AAH
Elisabeth Borne, au micro de France Bleu le 7 juin 2022