Les plaintes pour violences envers les personnes LGBTI ont doublé depuis 2016

LGBTI. Le 17 mai marque la journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie. Ce mardi, partout en France, se déroulent des rassemblements et des manifestations dénonçant les actes odieux dont sont victimes les personnes homosexuelles, gays, lesbiennes, bi ou transgenres. Les chiffres sont sans appel : l’année dernière (2021), plus de 2170 crimes et délits à caractère homophobe ou transphobe ont été enregistrés par les services de police et de gendarmerie. L’an passé marquait déjà une nette augmentation des dépôts de plaintes (28 % de hausse par rapport à 2020), soit +104 % depuis 2016. Notre article.

En 5 ans, les violences contre les personnes LGBTI ont… doublé !

Chaque jour, les réseaux sociaux témoignent de cette violence. Les victimes partagent leurs douloureuses expériences pour dénoncer une montée sans précédent de ces actes.

Les violences sont de toutes natures, verbales, physiques, dans la rue, sur internet : leur nombre ne cesse d’augmenter et la virulence des actions est inédite.

En cette journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, il est bon d’appeler à un plan de prévention large, et à des moyens conséquents mis sur la table : les causes LGBTI nécessitent d’être reconnues, puisqu’elles constituent un pan entier de luttes pour la conquête de l’égalité.

Le droit de vivre dans la dignité, sans discrimination, ou de permettre le changement d’état civil (de manière libre et gratuite) sont des revendications sans cesses portées, mais qui ne trouve pas d’échos à la tête du Gouvernement. Pis encore, ce dernier a reculé sur de nombreuses promesses et n’a rien fait face au déferlement de violences dont est victime la communauté LGBTI.

Si vous êtes vous même victime, ou témoin de violences ou de discriminations envers une personnes de la communauté LGBTI, contactez le numéro d’écoute et d’aide : 0 810 20 30 40

Nicolas PELLEGRINI