McKinsey : l’insoumis Adrien Quatennens démolit Olivier Véran

McKinsey. Adrien Quatennens, député du Nord et coordinateur de la France Insoumise, était l’invité de l’émission « On est en direct » sur France 2 ce samedi 26 mars. Il a notamment débattu avec Olivier Véran, ministre de la Santé. Puisque le président-candidat refuse de descendre dans l’arène du débat politique, il envoie ses ministres défendre son bilan. Sombre bilan qu’Adrien Quatennens a fustigé tout le long de l’émission, revenant entre autres sur le « McKinsey Gate », les liens troubles entre ce cabinet et la macronie, et la casse de l’Hôpital public, aggravée depuis 5 ans. Notre article.

McKinsey Gate : « La République des copains et de la France start-up« 

Nous étions revenus dans nos colonnes sur le « putsch progressif » et inquiétant des cabinets de conseil au sein de l’Etat. Des cabinets que la macronie a payés 4 millions d’euros… pour lui conseiller de baisser les APL de 5 euros. Récemment, nous avons appris que le cabinet de conseil McKinsey ne payait pas d’impôts en France depuis 10 ans. Après ces révélations, Jupiter a été sommé de rendre des comptes. Ainsi « le contribuable se fait plumer trois fois. La première fois, avec des factures qui coûtent des millions pour ces conseils, parce que ces gens ne paient pas d’impôts en France, la troisième parce que leurs conseils contribuent souvent à diminuer la protection sociale » a dénoncé le député du Nord.

Adrien Quatennens a vilipendé l’usage massif de ces cabinets de conseil pendant 5 ans : « les dépenses de l’État pour ces cabinets ont été multipliées par 2 pendant le quinquennat« . Il a cité quelques exemples de ces dépenses faramineuses, en plus des 4 millions d’euros déboursés pour conseiller de baisser les APL de 5 euros : « 558 000€ pour une ‘convention des managers de l’État’ qui n’a jamais eu lieu, 496 000€ pour une ‘prospective sur le métier d’enseignant’ qui n’a rien donné« .

Le député du nord a pu enfin pointer du doigt les liens entre le cabinet McKinsey et la macronie. Alors interrogé sur la situation fiscale de l’entreprise, Karim Tadjeddine, directeur associé de McKinsey France, avait assuré devant la commission d’enquête du Sénat que McKinsey payait ses impôts en France. Il a ainsi été démenti par le rapport de cette commission d’enquête. Adrien Quatennens a ainsi cité sans le nommer Karim Tadjeddine : « l’homme qui se chargeait des contrats pour l’Etat avec McKinsey est un ami personnel de Monsieur Macron qui l’a aidé dans sa campagne« . McKinsey ou la République des copains.

« Ce gouvernement a fermé 17 000 lits. 5 700 pendant la crise sanitaire. »

Adrien Quatennens a pu aussi tacler Olivier Véran sur le terrible bilan du quinquennat d’Emmanuel Macron en matière de santé. Il a rappelé les deux terribles chiffres de suppressions de lits d’hôpitaux : « Ce gouvernement a fermé 17 000 lits. 5 700 pendant la crise sanitaire« . Plus largement, il a dénoncé la trajectoire du gouvernement qui « est celle d’une baisse des moyens pour l’hôpital public« .

Concernant le scandale des EHPAD, que le gouvernement a découvert par le scandale Orpéa alors qu’ils avaient tout sous leur nez, Adrien Quatennens a rendu hommage à la députée Caroline Fiat (LFI) qui a fait le tour des EHPAD. Dans un rapport très complet, celle-ci a écrit que les besoins se chiffrent à 300 000 personnes dans le médico-social et les EPHAD : « vous avez des personnels qui se retrouvent à faire de la maltraitance institutionnelle par la pression qui leur est mise« , a dénoncé le député du Nord.

Enfin, Adrien Quatennens a pu interpeller Olivier Véran sur la souffrance à l’Hôpital : « vous êtes quand même mieux placé que moi a priori pour la connaître. La vérité, c’est qu’il y a des gens qui me disent’si vous n’y arrivez pas, si vous ne gagnez pas l’élection, dans les cinq années qui viennent, j’aurais rendu ma blouse parce qu’on est pris à la gorge. Voilà la vérité ! » Le second tour est à portée demain. À 15,5% d’intentions de vote, Jean-Luc Mélenchon est dans la marge d’erreur pour y accéder. Les 10 et 24 avril, pour enfin reconstruire l’Hôpital public et séparer l’Etat de l’argent, un seul bulletin : celui de l’Union populaire.