Mélenchon au 2nd tour : enfin un débat sur l’urgence sociale et écologique ?

Emmanuel Macron face à l’extrême-droite ou Jean-Luc Mélenchon ? Telle est la question posée aux Français dans 32 jours. Un second tour où on parle immigration, identité nationale et sécurité, ou bien un second tour où on parle partage des richesses, bifurcation écologique et 6ème République ? Le pouvoir d’achat est la priorité absolue des Français pour la présidentielle. Alors que Marine Le Pen et Eric Zemmour défendent le même modèle économique qu’Emmanuel Macron, un Jean-Luc Mélenchon au second tour, petite musique de plus en plus fredonnée ces derniers jours, permettrait d’enfin ouvrir le débat sur le partage des richesses alors que la pauvreté fracasse notre pays. Un second tour qui permettrait peut-être un débat vital sur la guerre sociale féroce menée durant ce quinquennat. Le Covid et la guerre russe en Ukraine ne doivent pas le faire oublier : ce quinquennat aura été celui des Gilets Jaunes et des retraites, deux plus longs mouvements sociaux en France depuis mai 1968. Un second tour qui permettrait peut-être un débat sur le bilan économique sanglant d’Emmanuel Macron, son inaction climatique, son mépris dégoulinant et son étiquette de président des riches dans un pays où 8 millions de personnes ont besoin de l’aide alimentaire pour manger. Notre article.

Emmanuel Macron face à l’extrême-droite ou Jean-Luc Mélenchon ? Telle est la question posée aux Français dans 32 jours

Ce mercredi 9 mars 2022, Jean-Luc Mélenchon tenait une conférence de presse au siège de La France insoumise (LFI) à Paris. L’occasion pour celui qui s’affirme de jour en jour comme l’homme capable de qualifier la gauche au second tour de l’élection présidentielle, de balayer l’actualité. L’occasion d’insister sur l’urgence d’isoler Vladimir Poutine, alors que le peuple ukrainien se trouve toujours sous les bombes à l’heure où nous écrivons ces lignes. Isoler Vladimir Poutine en s’attaquant aux oligarques, pas aux peuples, reprenant une proposition de l’économiste Thomas Piketty.

L’occasion aussi pour le favori de la gauche de revenir sur le paysage politique à 32 jours du premier tour de l’élection présidentielle. L’insoumis a de quoi avoir le sourire, alors qu’il est donné dans plusieurs sondages parus en ce début de semaine en position de se qualifier au Second tour. Mais le ton n’était pas à la prétention ce mercredi. Jean-Luc Mélenchon : « Je ne fanfaronnerai pas. Je fais l’objet d’un pilonnage. Des coups partent dans mon dos, de la part de ceux qui devraient être de ma famille politique, des gens qui oublient l’extrême-droite, la droite, mais qui n’oublient jamais de me taper dessus ».

Anne Hidalgo et Yannick Jadot constatent, impuissants, l’envolée du leader des insoumis dans les sondages et le lent naufrage du titanic social-démocrate. Ces derniers jours, les attaques socialistes et vertes à l’égard de Jean-Luc Mélenchon se sont faites de plus en plus nourries, instrumentalisant le conflit ukrainien à des fins politiciennes françaises. Réponse du leader des insoumis ce mercredi : « Je suis à la veille d’un possible deuxième tour, eux sont surtout préoccupés de m’en empêcher. Ils me tapent du matin au soir plutôt que taper l’extrême-droite. Préfèrent-ils Madame Le Pen ou Monsieur Zemmour à Mélenchon au second tour ? »

Un Jean-Luc Mélenchon au 2nd tour : un débat sur les retraites, le blocage des prix et l’augmentation du SMIC à 1400 euros net

Refusant de fanfaronner, le leader des insoumis a tout de même salué les « bonne nouvelles » et l’« allégresse » qui règne dans son équipe. Refusant de s’attarder sur les attaques de « la gauche désespérée », attaques « sans grandes conséquences », si ce n’est de continuer à faire monter le candidat de l’Union populaire dans les sondages, Jean-Luc Mélenchon l’a tout de même reconnu : « le trou de s’agrandit pour faire passer la tortue ».

Et le favori de la gauche a tenu à insister sur la différence entre un second tour entre Emmanuel Macron et l’extrême-droite, ou entre Emmanuel Macron et les insoumis. « Si ce n’est pas moi (au second tour), vous aurez deux personnes qui sont pour reculer l’âge de départ à la retraite, pas de SMIC à 1400 euros net, pas de blocage des prix…».

« Un autre 2ème tour est possible, on fracasse le tableau établi, et on crée une respiration pour la démocratie en France ». Un débat de l’entre-deux-tours où on parle immigration, identité nationale et sécurité ? Ou bien un second tour où on parle partage des richesses, bifurcation écologique et 6ème République ? Réponse le 10 avril.

Par Pierre Joigneaux.