La proposition de loi insoumise pour sortir de l’OTAN

OTAN. Dans le cadre de sa niche parlementaire qui se déroulera ce 13 janvier 2021, le groupe parlementaire de La France insoumise (LFI) et le député Bastien Lachaud présenteront une « Proposition de résolution invitant le gouvernement français à retirer la France de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN).

Cette proposition part du constat que l’OTAN est la seule alliance militaire intégrée au monde. Ses membres cumulent plus de la moitié des dépenses militaires mondiales : 1035 milliards de dollars en 2020 dont 731 pour les seuls États-Unis.

Elle aurait dû disparaitre à la fin de la guerre froide. Elle n’a au contraire eu de cesse depuis 30 ans de vouloir justifier son existence, au risque d’exacerber les tensions. Entérinée sommet après sommet, l’extension permanente de ses champs d’action a amené l’OTAN à intervenir dans les Balkans, en Afghanistan, en Libye etc., avec des résultats néfastes à la paix et à notre sécurité.

Désormais l’alliance vise la Chine, pointée comme un « défi systémique ». Cet outil d’inféodation aux États-Unis suit les priorités fixées par ces derniers. Or la France ne partage ni les intérêts stratégiques ni la vision du monde des États-Unis. Elle n’a aucun intérêt à se ranger dans un « bloc » belliciste contre la Chine et la Russie.

La France a au contraire tout intérêt à parler de sa propre voix. C’est dans ce but, et pour éviter qu’elle soit mécaniquement impliquée dans un conflit qu’elle n’aurait pas souhaité, qu’en 1966 le Général De Gaulle l’a retirée du Commandement intégré de l’OTAN. Les atlantistes, dont les arguments n’ont pas évolué, avaient garanti l’affaiblissement de la France. Au contraire, la diplomatie non-alignée qui s’en est suivie lui a permis de voir son influence progresser.  Le retour en 2009 dans le commandement intégré a été une erreur. Dans le monde actuel l’alignement sur les logiques de bloc a encore moins de sens que lors de la Guerre Froide.

La résolution propose que la sortie du commandement intégré de l’OTAN soit immédiate, pour poser un acte géopolitique fort. La sortie complète de l’organisation sera elle planifiée, afin d’élaborer les parades aux sanctions que voudraient imposer les États-Unis.