🏛️ INCURIE, AUTORITARISME ET EFFETS DÉLÉTÈRES : NON AU PASS SANITAIRE ! (25/07/21)

Explication de vote de Danièle Obono sur la motion de rejet du projet de loi sur le pass sanitaire lors de l’examen final de ce texte en séance, dimanche 25 juillet 2021

Ce projet de loi est non seulement inconséquent au regard d’une politique de santé publique globale face à l’épidémie de covid-19, mais entérine un nouveau et grave recul des droits et libertés fondamentales.
Le groupe de La France insoumise s’y est opposé tout le long, tentant de défendre ses propositions alternatives, malgré les conditions extrêmement contraintes de ce débat en particulier.
Car, ne vous en déplaise ministre Véran, des propositions, nous en avons faites, depuis le début de la crise.
Des centaines d’amendements
11 propositions de loi
6 propositions de plans et mesures d’urgence
4 guides d’analyse
1 commission d’enquête
Si vous aviez daigné les considérer avec autre chose que le mépris jupitérien qui vous caractérise, elles auraient permis, depuis plus d’un an, de construire un consensus autour de réponses réfléchies collectivement, s’appuyant sur la mobilisation populaire et une véritable démocratie sanitaire.
Au lieu de quoi, vous avez préféré mentir et naviguer à vue, vous en remettant aux oracles d’un pseudo “épidémiologiste en chef” qui décide de tout, sans rendre de compte à personne.
La France s’oppose toujours à la levée des brevets au sein de l’Organisation mondiale du commerce.
Les moyens réclamés par les soignants et soignantes n’ont pas été octroyés. Au contraire, vous avez continué la casse du service public de santé et à vous entendre les héros d’hier sont devenu·es des “salauds”.
Les inégalités de santé, économiques, sociales et territoriales qui n’ont cessé de se creuser depuis 4 ans, se sont encore accentuées.
Nous refusons de fracturer encore plus ce pays, d’opposer les citoyens et citoyennes entre “gentil·les vacciné·es” et “méchant·es non vacciné·es”.
Nous refusons de réduire encore plus les droits et libertés de tous et toutes; de vivre à coup de QR codes aux consentant·es et de matraques aux récalcitrant·es.
Parce que pour nous, “liberté, égalité et fraternité” ne sont pas que des mots qui font jolis sur le fronton des bâtiments, mais des préceptes qui doivent guider l’action politique, en temps calme comme en temps de tempête.
Parce que pour nous, le peuple, tout le peuple, n’est pas le problème mais la solution.
Là où vous voulez diviser, nous proposons d’unir : dans la mobilisation contre votre dérive autoritaire et antisociale, et dans la construction de l’alternative politique à votre pouvoir déliquescent.