Jean-Luc Mélenchon en Bolivie : eau, tribunal climatique et vaccins sont au programme

Jean-Luc Mélenchon est arrivé ce lundi en Bolivie. Il poursuit son déplacement international sur le thème de la coopération sur les biens communs mondiaux. Le Président du groupe parlementaire de la France Insoumise répondra notamment à l’invitation du Parlement bolivien pour la journée de la Terre, jeudi 22 avril.

L’eau bien commun

Plusieurs sujets seront au coeur des discussions et des rencontres qui rythmeront le déplacement de Jean-Luc Mélenchon. Tout d’abord, la thématique de l’eau. La Bolivie est en effet un pays exemplaire sur le sujet. La Constitution bolivienne a reconnu le droit à l’eau depuis 2009 et interdit sa privatisation. Depuis 2006, le gouvernement bolivien comprend un ministère de l’Eau. L’Etat andin fut par ailleurs à l’initiative en 2010 de la reconnaissance de l’eau comme un bien public mondial par l’Assemblée générale des Nations Unies.

Jean-Luc Mélenchon échangera avec les responsables boliviens à ce propos, lui qui veut mettre la maitrise du cycle de l’eau au coeur de la planification écologique. Il se rendra au lac Titicaca, le plus grand lac d’Amérique du Sud, pour y étudier les effets du changement climatique avec une équipe de scientifiques français. Après la votation citoyenne organisée par LFI et 12 organisations sur le droit à l’eau et qui a réunit près de 300 000 personnes, après le meeting sur l’eau en réalité augmentée de Jean-Luc Mélenchon, son déplacement en Bolivie sera encore l’occasion d’en faire un thème central de la campagne présidentielle de 2022 en France.

Un tribunal international climatique

Par ailleurs, au coeur des échanges, notamment du sommet pour la journée mondiale de la Terre, sera évidemment présente la question de l’action internationale contre le changement climatique et la dégradation de la biodiversité. Jean-Luc Mélenchon a publié la semaine dernière dans le journal Le Monde une tribune appelant à une « diplomatie du peuple humain » pour la France. Ce texte et les propositions concrètes qu’il contient explique la logique du choix de la Bolivie pour porter ce message. Le tribun insoumis propose en effet que la France reprenne une proposition faite par l’Etat latino-américain depuis 2009 : celle de la création d’un tribunal climatique international. Cette institution aurait pour fonction d’assurer le respect des accords climatiques comme l’accord de Paris, aujourd’hui largement bafoué par les grands pays et surtout par les multinationales.

Levée des brevets sur les vaccins

Enfin, Jean-Luc Mélenchon profitera aussi de ce déplacement en Bolivie pour porter une autre campagne internationale qui lui tient à coeur : celle de la licence libre sur les vaccins. Il se rendra pour ce faire au Parlement de la communauté des nations andines. Cette organisation régionale regroupe la Bolivie, le Pérou, la Colombie et l’Equateur soit plus de 107 millions d’habitants. Le président de ce parlement, Adolfo Mendoza, est signataire de l’appel lancé le 20 février 2021 par Jean-Luc Mélenchon et Lula pour la levée des brevets sur les vaccins. Alors qu’Emmanuel Macron s’oppose à cette demande de nombreux pays du monde, voilà encore un domaine dans lequel la politique étrangère de la France changerait si Jean-Luc Mélenchon devenait Président de la République en 2022.