Marine Le Pen, l’amie du système 

Marine Le Pen était l’invitée de l’émission « face à BFM » ce jeudi 11 mars. L’occasion pour la responsable du Rassemblement national de présenter son « projet raisonnable et pragmatique » aux Français pour 2022.

Marine Le Pen raciste ? Impossible, en tête dans les Outre-Mer !

D’un côté, Marine le Pen veut « rassurer » à gauche. Pour ce faire, la fille de Jean-Marie le Pen met en avant sa pole position en Outre-Mer durant les élections européennes. La dirigeante du Rassemblement national pensant ainsi ne pouvoir être soupçonnée de xénophobie, la population ultra marine étant de « couleur ». Il faudrait rappeler à Marine Le Pen, une leçon basique de géographie : Les Outre-Mer sont des territoires Français ! Comment alors ne pas se rappeler les petites phrases de son père qui affirmait en 2010 que le « critère ethnique est une composante de la nation ».

Nous apprenons également grâce à ce « face à BFM » que Marine Le Pen a des « contacts en Afrique et au Mahgreb ». Plus loin dans l’émission, la dirigeante du Rassemblement national décrit Éric Zemmour comme « un patriote intelligent… aimant la France ». Un homme pourtant condamné à trois reprises pour injure et provocation à la haine raciale, un délinquant multirécidiviste.

Remboursement de la dette : Marine Le Pen montre patte blanche

De l’autre côté, Marine Le Pen veut rassurer à droite. La dirigeante frontiste de montrer patte blanche, sortant le plus vieux gage de docilité au système néolibéral : le remboursement religieux de la dette publique.

Il lui aura fallu fouiller longuement ses fiches, pour que Marine Le Pen parle à nouveau d’économie. Les données statistiques sont quasi inexistantes du discours lepéniste. La responsable du Rassemblement national préfère se baser sur des « sentiments » pour donner un avis politique sur la gestion sanitaire où sur la thématique de la sécurité.

Marine le Pen un modèle de gestion budgétaire ? Son parti politique est très endetté, le Rassemblement national remboursant actuellement une dette aux Russes. Sur le terrain du remboursement des dettes, on peut se demander si les 8 millions venus des Émirats arabes unis pour renflouer les caisses FN en 2017, ont bien été remboursés ?

La fraude à la sécu, plutôt que l’évasion fiscale ?

Le pays serait selon la dirigeante frontiste dans un « gouffre financier ». Si « tout est saturé », ce serait la faute aux 600 000 clandestins qui seraient nourris, soignés et logés dans le pays. Les coupables sont tout trouvés. L’argent qui manque aux finances publiques serait à chercher du côté de l’immigration et de la fraude à la sécurité sociale, chiffrée par la Cour des comptes à un milliard d’euros. Pas un mot sur l’évasion fiscale, représentant pourtant 80 à 100 milliards d’euros. Ce qu’on appelle avoir le sens des priorités. Pas un mot non plus sur l’écologie. Nouvelle démonstration de l’écologie d’évitement caractérisant Marine Le Pen.

Les quartiers populaires ? Vus sous le prisme de la sécurité. Aucun problème d’inégalités territoriales à soulever. « Le tout répressif fonctionne pour le peu qu’il soit utilisé ». Peu importe que plusieurs tribunes récentes et que l’ensemble des acteurs de terrain disent l’inverse depuis des années.

La responsable du Rassemblement national avance également vouloir aider « les entreprises viables », dans une démonstration toujours aussi précise et chiffrée. Les salariés des entreprises en difficultés devraient quant à eux « penser à leur reconversion ». S’adapter à la loi du marché. Une candidate décidément précise et anti-système.

Par Katia Yakoubi, Co-référente du livret FI quartiers populaires