Tenir bon dans la tempête : bifurcation écologique, planification, partage !

Jamais notre pays n’a été aussi riche, aussi éduqué et aussi plein de ressources. Mais les licenciements et les délocalisations injustifiées continuent à détruire notre économie. La compétition généralisée, les inégalités sociales et l’argent-roi ont saccagé l’école et l’hôpital public.

Rien de tout cela n’est une fatalité : nous sommes des millions à refuser le désordre que nous imposent les libéraux. Les insoumis font des propositions pour en sortir comme la diminution du temps de travail. Dans tous les domaines, l’entraide est la solution à nos problèmes.

Tout cela est possible si nous faisons le choix de la bifurcation écologique de notre économie. Nous ne pouvons plus vivre en produisant et en consommant n’importe quoi, n’importe comment, n’importe où. L’État doit organiser et planifier ses projets. Pour cela, il faut évidemment sortir des traités européens pour que nous puissions mettre en place une véritable agriculture paysanne et biologique et produire en France tout ce que nous sommes capables de produire.

Il faut tenir bon. Tenir bon sur nos principes républicains, nos principes sociaux, notre volonté de partage. Tenir bon dans la tempête. Surtout dans la tempête.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Vous avez aimé cet article ?

Recevez tous les mercredi une sélection de nos meilleurs articles.