Contre la réforme du bac

J’ai défendu hier les professeurs qui refusent de communiquer les notes du bac, en opposition à la réforme du bac qui fut adoptée par décret en 2018 sans aucun dialogue social. La perspective d’un examen qui va accroître des inégalités territoriales déjà exacerbées justifie pleinement leur mobilisation.

La stratégie de dernière minute du ministre, qui veut remplacer les notes manquantes par celles du contrôle continu (tout plutôt qu’ouvrir le dialogue !), est un pas supplémentaire vers la fin du principe d’égalité devant l’examen. Quant aux pressions faites sur les professeurs mobilisés (menaces de retenues sur salaire…), elles sont une énième provocation : le gouvernement ne cesse de jouer des biceps alors qu’on lui demande d’ouvrir l’oreille.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Vous avez aimé cet article ?

Recevez tous les mercredi une sélection de nos meilleurs articles.